Catégories
Métier avocat

Présentation de la profession d’avocat

Alors que l’idée de revêtir la robe d’avocat afin de défendre de nobles causes constitue souvent le point de départ d’une véritable vocation, il nous appartient de procéder à la présentation de cette profession si particulière.

Ainsi dans un premier temps, il convient de rappeler que le métier d’avocat dans son acception actuelle est né au 14ième siècle bien que ses prémices remontent naturellement à l’Antiquité aussi bien en Grèce qu’à Rome.
Dès lors au-delà de ce bref rappel historique, il s’agit d’indiquer que l’avocat est un auxiliaire de justice dont le rôle réside essentiellement dans la représentation et la défense de ses clients à l’occasion de la survenance de conflits judiciaires.

Dans cette optique et conformément aux disposition de l’article 3 de la Loi n°71-1130 du 31 Décembre 1971 portant réforme de certaines professions judiciaires et juridiques, l’avocat prête serment en ces termes : « Je jure, comme avocat, d’exercer mes fonctions avec dignité, conscience, indépendance, probité et humanité ».

En outre, l’exercice de la profession d’avocat est soumis au respect d’une série de principes fondamentaux qu’il est de bon aloi d’évoquer successivement dans la mesure où la déontologie en constitue la pierre angulaire.

Tout d’abord, la profession d’avocat est une profession libérale et indépendante quel que soit son mode d’exercice.

Néanmoins, la réglementation inhérente à l’avocature autorise la pratique du métier dans le cadre salarié en maintenant le bénéfice de l’indépendance puisque l’avocat n’est soumis à un lien de subordination à l’égard de son employeur que pour la détermination de ses conditions de travail.

De plus, il est légitimement imposé à l’avocat d’exercer ses fonctions avec dignité, conscience, indépendance, probité et humanité, dans le respect des termes de son serment.

Par ailleurs dans le cadre de son activité, l’avocat est contraint de respecter les principes d’honneur, de loyauté, de désintéressement, de confraternité, de délicatesse, de modération et de courtoisie. L’avocat doit également faire preuve à l’égard de ses clients, de compétence, de dévouement, de diligence et de prudence.

Enfin au même titre que dans le secteur médical, l’avocat est tenu à une exigence particulièrement prégnante en matière de confidentialité. En ce sens, l’article 4 du Décret n°2005-790 du 12 Juillet 2005 relatif aux règles de déontologie de la profession d’avocat dispose que sous réserve des strictes exigences de sa propre défense devant toute juridiction et des cas de déclaration ou de révélation prévues ou autorisées par la loi, l’avocat ne commet, en toute matière, aucune divulgation contrevenant au secret professionnel.

En conséquence au regard du prestige attaché à l’exercice de la profession d’avocat et malgré les contraintes afférentes à celle-ci, elle suscite énormément d’intérêt mais nécessite l’accomplissement d’un parcours long et souvent difficile qui conduira les étudiants, des bancs de la Faculté de Droit au Barreau en passant par un Centre Régional de Formation Professionnelle d’Avocats.

Dès lors au terme de cette période de formation de 18 mois destinée à l’obtention du Certificat d’Aptitude à la Profession d’Avocat, il s’agira pour ces élèves d’entamer leur carrière d’avocat en quête de nombreux succès judiciaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *